Dragon Ball Z Legendary Super Warriors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dragon Ball Z Legendary Super Warriors

Message par Le Loup le Dim 25 Nov - 18:45

Bonjour tout le monde,
Aujourd'hui, on va parler d'un jeu bien rétro, puisqu'il s'agit d'un jeu sur Game Boy Color. Normalement, ici, presque tout le monde a connu cette console, alors je me permets de ne plus la présenter.



Dragon Ball Z Legendary Super Warriors, sorti en France en 2002 (l'Euro venait juste d'être mis en circulation !), est un jeu... pas mauvais en soi, mais vraiment surprenant et j'y ai englouti des heures entières à essayer de comprendre le principe.

Tout d'abord, au cas où, rappelons un peu l'univers Dragon Ball Z : des super-guerriers qui volent à la vitesse du son se battent pour défendre l'univers en balançant des rayons d'énergie capables de raser une planète. DBZ a connu d'innombrables adaptations sur les consoles et la plupart d'entre eux étaient des jeux de combats pur et dur à la Street Fighter avec le scénario de DBZ en arrière-fond.
Ici, en plus des graphismes qui sont assez mal vieillis, l'interface est très très particulier pour du DBZ.
Je me souviens de ce que j'ai pensé en l'achetant : c'était mon premier jeu DBZ et j'étais super-super-fan ! Forcément ça allait être énorme !
L'intro était, pour l'époque, plutôt bien faite et les graphismes avait l'air très corrects.
Mais c'était avant le premier combat...

Le jeu présente deux modes : le mode carte et le mode combat (pour l'instant, ça a l'air cool). On commence avec un dialogue qui retrace les tous premiers moments de DBZ, à savoir que goku meurt (génial, dès le début, t'as le héros qui crève... enfin...) et que Gohan (son fils) est entraîné par Piccolo (l'ancien ennemi de son père) pour défendre la terre contre des Sayians qui arriveront dans un an. (Notez au passage que le nom Poccolo rend très mal en français). On a donc un long dialogue pendant lequel on ne peut que spammer le bouton A comme pas possible et on arrive enfin au premier interface :



On voit donc ici piccolo (Vert sur violet) et Gohan, de dos (noir sur violet) sur ce qui semble être un carte. Après quelques derniers dialogues, on peut se balader sur la carte. Je me souviens que c'est à ce moment précis que j'ai senti qu'il y avait anguille sous roche : je cherchais désespérément le bouton pour déclencher une super-attaque genre kaméhaméha ou n'importe quoi, un truc pour casser des rochers, quoi ! Eh bah j'ai dû oublier. Votre personnage dans l'interface Carte ne peut tout simplement rien faire d'autre que bouger et parler avec des gens ou interagir avec des objets prédéterminés.
En désespoir de cause, je suis donc revenu voir Piccolo, pensant qu'il allait justement m'apprendre comment attaquer ! Après un court dialogue que j'ai sauté (les gars, j'avais 9 ans !), j'arrive à une autre interface :



Cet écran... m'a hanté. Je déconne pas ! Quand tu arrives au menu, tu appuie sur "Charger" et là t'as ce truc qui déboule avec une petite musique oppressante. Ce menu-là, c'est le menu pour te préparer à la bataille. Donc bah tu te prépares et t'y vas :



Vous vous attendiez à quoi ? Des rayons qui partent dans tous les sens ? Des combats à la vitesse de l'éclair dont seuls vos réflexes hors du commun peuvent vous tirer ? Vous êtes bien loin du résultat !
Legendary Super Warriors a développé l'idée de combats DBZ AU TOUR À TOUR !!!
C'est inhumain, sérieux ! Comment vous pouvez imaginer un combat DBZ au tour à tour ?
Tout se base sur un système de cartes que vous êtes censés avoir choisi dans le menu précédent. À chaque tour, l'un défend (et ne peut jouer que les cartes de défense) et l'autre attaque (et ne peut jouer que les cartes attaques). Vous voyez le petit chiffre en bas à droite de l'écran (ici 41) ? Il s'agit de vos coûts de combats. Chaque carte consomme des points de combats, sauf les attaques "Default" qui en redonnent, mais qui ne font quasiment aucun dégât. Comme ça ça parait simple, mais à 9 ans, moi tout ce que je voulais, c'était spammer mon adversaire de kaméhaméha ! Ce qui fait que dès que je pouvais, j'en utilisais une ! Sauf qu'après, il me restait pas assez de coûts de combats pour jouer la carte "Esquive" pour éviter le sien. Parce que oui, on peut esquiver les coups, mais il faut bien choisir sa carte esquive. Chaque attaque puissante est soit Type "Dégât" soit type "Rayon". Pour faire simple, les dégâts, c'est les attaques au corps à corps et les rayons, les attaques à distance. Mais si vous faits une "Esquive", ça vous permet d'éviter un Rayon. Si votre adversaire balance un Dégât, vous vous le prenez en plein poire. Mais alors, comment savoir ce qu'il va faire ? ... Eh ben on peut pas ! Chaque fois, c'est de la chance. Certains adversaire utilisent aussi bien les Rayons que les dégâts et c'est parfois à croire qu'ils voient votre main puisqu'il leur arrive souvent de faire un Dégât alors que vous avez placé une esquive rayon ou inversement.
Je sais que c'est pas facile à réaliser là en lisant ça, mais ce que j'aimerais vous faire passer, c'est à quel point ce jeu se base sur la stratégie et surtout la chance, ce qui est à la limite de l'inadmissible pour un jeu DBZ.


Bon, je trolle, je trolle, mais ce jeu a aussi ses bons côtés. J'ai dit que les graphismes avaient assez mal vieillis, mais c'est surtout parce que les personnages étaient animés sur 2 trames. En dehors de ça, ça reste assez respectable :



L'histoire est aussi très bien respectée et on affronte une très large gamme de personnages à travers les 30 combats qui couvrent les sagas Freezer, Cell et Bou. Le petit plus est qu'à partir du second mode histoire (lorsqu'on a fini une fois, on recommence), on peut choisir son personnage sans se soucier de la logique de l'histoire (concrètement, prendre un qui et mort à ce moment de l'histoire par exemple). On peut aussi débloquer tous les personnages mais le bémol est que ça demande de les affronter avec certains persos et ça, si t'as pas internet, tu ne peux simplement pas le deviner. Et parfois, même les trucs sur Internet ne marchent pas (j'ai toujours pas Végéta !!!).

Pour conclure, ce jeu est vraiment un jeu pour les fans. Le système de... de... disons de combat, le système de combat est très particulier, mais on s'y fait comme à un autre. Le truc qui restera cependant, ce sont les rages lorsque vous aurez la sensation que l'IA a regardé votre jeu et agi en conséquence.

_________________
"Those who do not appreciate life do not deserve life."
John Kramer

"À défaut d'être aimé, j'ai choisi d'être craint."
Finn Deroze, SILVER.
avatar
Le Loup
Scénariste-écrivain-chroniqueur

Masculin
Coq
Nombre de messages : 489
Age : 24
Localisation : Regarde derrière toi, au cas où...
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum