Dragon Ball Z : Legacy of Goku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dragon Ball Z : Legacy of Goku

Message par Le Loup le Ven 17 Mai - 11:36

La licence Dragon Ball Z est surtout connue pour ses jeux de combats. Après tout, quel univers mieux que celui de DBZ peut ainsi se résumer en une succession de combats ?
Cependant, ce n’est pas tout ce que l’univers de DBZ a inspiré. Souvent oublié, parfois parodié, le scénario de DBZ existe bel et bien et a pu donner naissance le prenant comme fil rouge : les RPG.
Ce fut le cas par exemple pour la trilogie de jeux plus connus sous le nom de Legacy of Goku (L’Héritage de Goku), comptant le numéro 1, le 2 et dont le troisième porte le titre de Buu’s Fury (La Furie de Buu).
Je vais donc présenter les jeux l’un à la suite en faisant quelques commentaires dessus.


Legacy of Goku
Legacy of Goku est un Action-RPG. On y contrôle San Goku dans sa quête pour sauver le monde et ses amis.
La vue est donc de dessus à la manière d’un Zelda et Goku possède deux types d’attaque : le corps à corps et les rayons. L’attaque au corps à corps est juste une succession de coups de poings donnés aux adversaires. Les attaques rayons sont divisées en plusieurs attaques : décharge énergétique, morsure du soleil, kaméhaméha. Les attaques rayons consomment de l’énergie, qui est récupérable un peu avec le temps.
Le jeu offre aussi la possibilité de voler dans les airs. Partout dans le jeu, vous allez trouver des petites plumes qui vous rechargeront votre capacité à voler. Voler vous permet d’atteindre des zones normalement inaccessibles, soit pour l’intrigue, soit pour des bonus. Cependant, ce n’est pas quelque chose dont vous pouvez abuser car vos crédits de vol s’usent très vite.
Vous disposez aussi d’un inventaire, juste bon à stocker les herbes qui vous rendent des pv et les différents objets qui vous aideront dans votre quête.
Les graphismes sont acceptables pour la GBA et on avance assez agréablement dans l’univers, malgré parfois des subtilités à remarquer pour pouvoir avancer dans l’intrigue (passage secret par exemple).
Ça fait un moment que je n’y ai pas joué, donc des détails m’échappent sûrement, mais voilà l’ensemble.

Conclusion
Le scénario du début de Dragon Ball Z est assez bien respecté, mais on regrette cependant de ne pas pouvoir suivre d’autres personnages comme Gohan, Piccolo ou Vegeta. Le jeu reste cependant agréable à jouer et on pourra à l’occasion remplir les quelques quêtes annexes pour voir la durée de vie augmenter d’une petite heure.



Legacy of Goku 2
Les évènements se passent sur Terre, juste après les évènements du 1. Le moteur physique reste le même, toujours avec cette répartition en attaques physiques et énergétiques. Cependant, la capacité de voler a disparu et ne réapparaitra pas.
Première bonne nouvelle en revanche est le fait que l’on puisse contrôler plus d’un personnage. Au cours du jeu, vous pourrez donc incarner cinq personnages de l’univers DBZ : Gohan, Piccolo, Vegeta, Trunks et, bien sûr, Goku.
Chaque personnage présentera alors 4 attaques rayons : la première est la décharge énergétique, disponible chez tout le monde. La seconde est une attaque un peu plus puissante (masenko-ha, Makkankosappo (jamais pu l’écrire correctement), Big Bang, Burning Attack et Kaméhaméha). La troisième est une autre attaque rayon souvent tout aussi puissante qui vous permettra de varier un peu les plaisirs. La dernière attaque n’est pas vraiment une attaque mais déclenche le passage en mode super sayan. En effet, à ce moment de l’intrigue, tous les personnages vont acquérir la capacité de se transformer en SSJ (Super SayanJin). Pour Piccolo, il s’agit d’un mode super namek qui résulte de sa fusion avec Kami. Pour tous les personnages, le passage en mode super augmente la vitesse de déplacement, la vitesse des coups et leur puissance. Il draine cependant votre énergie et une fois que vous l’aurez épuisée, vous ne pourrez ni vous retransformer ni tirer une quelconque boule d’énergie.
Le système d’attaques physiques reste sensiblement le même, sinon qu’elles ont été là encore fluidifiées. Il ne s’agit plus seulement de coups de poings, mais aussi de pieds et d’une attaque physique chargée. À part l’attaque physique chargée, les dégâts faits par les pieds et les poings ne sont pas spécialement plus puissants selon l’un ou l’autre.
Le jeu est beaucoup plus fluide que le premier opus. Les cadavres de vos ennemis disparaissent dans une petite explosion, ce qui donne un effet encore plus destructeur, les déplacements sont beaucoup moins robotiques que le premier et les décors ont été améliorés. Les quêtes annexes sont en nombre assez négligeables mais se recoupent parfois et ne vous font pas faire de trop grand détour par rapport à votre objectif principal.
On constate que le scénario est tout de même assez bien respecté, de sorte que certaines zones sont bloquées par des portes à niveau. Ce que j’appelle des portes à niveau, ce sont des portes que seul un personnage précis avec un niveau requis peut ouvrir. Elles ne sont pas trop envahissantes, mais il est parfois nécessaire d’aller hanter des zones pour faire de l’expérience. Par ce procédé, certains combats ne peuvent être faits que par un personnage spécial, ce qui permet donc de respecter le scénario.
Question bande son, elle n’est pas désagréable, on reconnait même certains thèmes issus de la version US (française ?) comme le thème de Vegeta SSJ ou le thème du Super Namek, mais vous allez parfois passer tellement de temps dans une zone que la musique va finir par vous taper sur le système.

Conclusion
Malgré quelques longueurs par moments, le jeu reste très agréable à jouer. On y retrouve non seulement les dialogues de la série, mais aussi bien sûr les attaques et le scénario. On regrette cependant que les cinématiques manquent de caractère épique, comme par exemple le Final Flash de Vegeta qui n’est pas montré ou le kaméhaméha final contre Cell qui aurait pu être mieux rendu.
Cependant, dans l’ensemble, le jeu reste très bon, les graphismes sont assez bons pour la Game Boy Advance et tous les fans de DBZ y retrouveront leur univers.



Buu’s Fury
Bien qu’il ne porte pas le nom de Legacy of Goku, Buu’s Fury comporte cependant indéniablement le même moteur graphique et physique que les deux opus précédents. Là encore, les évènements se passent après l’opus précédent, après une ellipse de 7 ans.
Les personnages jouables sont là encore au nombre de 5 : Gohan, Vegeta, Trunks, Goten et Goku. Il existe toujours deux attaques spécifiques au personnage, en plus de la décharge énergétique et du passage en super-sayan (puis plus tard en mode mystic pour Gohan).
Une fois encore, on constate que le jeu a été rendu plus fluide, accentuant encore les progrès faits depuis le premier opus. Les maps représentent certains endroits qui figuraient déjà dans Legacy of Goku 2 mais ont été retravaillées de sorte qu’elles sont maintenant méconnaissables. Les bandes sons présentent aussi leur lot d’innovations, avec le thème de Gohan’s Anger (qui est assez mal placé) et le très bon thème de Goku SSJ3 qui fait office de thème principal.
Encore une fois, finir le jeu à 100% ne nécessitera rien de plus qu’une exploration un peu plus poussée des maps, sans non plus tomber dans l’impossible ou le trivial.
Une autre innovation majeure est la gestion d’un inventaire et d’un équipement qui rapproche encore d’avantage le jeu d’un RPG plus classique. Selon votre équipement, votre personnage aura une caractéristique qui augmentera ou diminuera au profit d’une autre, etc…, ce qui donne au jeu une richesse supplémentaire.
Le mode super sayan a aussi été amélioré : lorsque vous passez en mode super, une nouvelle barre d’énergie se remplit par-dessus votre originale. Une fois en super sayan, elle se consomme avec le temps et avec vos attaques rayons. Mais une fois qu’elle est épuisée (et donc que vous redevenez normal), vous gardez l’énergie que vous aviez avant de vous transformer. Cette méthode permet donc de ne pas se retrouver trop en danger lorsque vous redevenez normal.
Un point négatif cependant est l’omniprésence des portes à niveau. Elles sont presque envahissantes et condamnent des zones entières. Là où Legacy of Goku 2 les avait assez bien réparties en fonction de votre avancement, dans Buu’s Fury, il faudra vraiment passer du temps à faire de l’expérience. Je trouve que ça ralentit le rythme du jeu.
Un point un peu mitigé est l’ajout d’évènements supplémentaires à l’intrigue initiale. Pour ceux qui connaissent, DBZ a fait de nombreuses OAV dont deux en particulier : The Return of Broly et Fusion Reborn, avec pour ennemi principaux Broly et Janemba. Là, les deux méchants sont ajoutés au scénario qui s’est légèrement modifié pour coller avec l’OAV de chaque méchant. Ça plait ou ça plait pas, mais voir Broly se faire détruire par Trunks ou Goten, ça peut en faire grincer plus d’un.

Conclusion
Ce jeu s’inscrit dans la lignée des Legacy of Goku comme les autres, avec son bon lot d’innovation, agréables pour la plupart. Là encore, certains passages marquants ont souffert lors des passages aux cinématiques, dont le Final Atonement de Vegeta qui, s’il est bien présent, rend assez mal malgré la volonté visible des développeurs de rendre le moment aussi épique qu’il est dans la série.


Conclusion générale
La gamme des Legacy of Goku est une très bonne gamme de jeux qui prouve que l'univers de DBZ ne se résume pas à une succession de combats. Ils permettent d'incarner un bon nombre de personnages et de découvrir l'univers de DBZ. À recommander à tous les fans !

_________________
"Those who do not appreciate life do not deserve life."
John Kramer

"À défaut d'être aimé, j'ai choisi d'être craint."
Finn Deroze, SILVER.
avatar
Le Loup
Scénariste-écrivain-chroniqueur

Masculin
Coq
Nombre de messages : 489
Age : 24
Localisation : Regarde derrière toi, au cas où...
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum